Comment tu t'entraînes?

par KzoAirlines  -  22 Mars 2013, 08:50  -  #Training

Voici quelques éléments non exhaustifs pour répondre à la question qui m'a été posé, par un jeune pilote prometteur, concernant ma manière de m'entraîner et de préparer des échéances sportives.

 

Entre temps j'ai croisé le portrait de Lucas Bernardin dans le dernier Parapente Mag dont j'ai retenu le mot "partage" qui caractérise la force de notre collectif France. Alors partageons!


"J'autoadapte mon fonctionnement, mes séances en fonction de mon analyse de mes performances en vol et de mes réflexions post-vol. La base d'une bonne séance je dirai que c'est un objectif réaliste mais ambitieux, des sous objectifs précis/détaillés et un bon débriefing pour rebondir sur la séance suivante.

 

 

A/ Du fait de notre activité avec la variabilité des conditions du terrain d'entraînement, je me base sur les critères ci-dessous pour définir le contenu de ma séance/ mon vol:

1 - Timing par rapport à l'échéance.

2 - Etat de forme

3 - Pistes de travail

4 - Créneau de vol disponible

5 - Terrain de jeux / Site de vol

6 - Conditions aérologiques et évolutions

 

Ca se concrétise souvent par:

 

- un temps de vol minimum pour assurer un volume de vol (pas de prise de risque tactique en début de vol)

 

- des phases de travail spécifique: par exemple, je ne cherche plus à optimiser la phase de vol mais à utiliser le support aérien pour travailler un point spécifique très concret comme dans le cas du travail à l'accélérateur pour accumuler de l'expérience, des sensations, de la technique. Il y a quelques années le temps de vol accéléré était minime en course mais était cependant une phase de vol super technique d'où l'intêret de la travailler en quantité à l'entraînement. On peut décliner l'entraînement sur le pilotage global au travers de la montée en thermique, soaring, floatting, vol accéléré, jeux avec la voile. Sur ces phases de travail, j'essaie de me dégager de la situation de pilotage (si le thème est le pilotage) pour identifier éventuellement des actions parasites (mouvements de commande, appuis sellettes incohérents...) ou des informations potentielles (sensations d'appui, informations musculaires...) pour les utiliser et basculer vers l'automatisation nécessaire en situation de compétition.

 

- une mise en situation de cross avec une réflexion pendant et après le vol sur la pertinence de mes choix de point d'aboutissement, de mes placements (/relief /nuage /au vent ...), des Vz sélectionnés, des régimes de vol, de l'utilisation des informations des instruments. Egalement sur la pertinence de mon comportement en vol par rapport à la réalité de la compétition (si j'avais été en course est-ce que, comment j'aurai etc...) en essayant de recréer mentalement le contexte de la course. C'est une phase intéressante pour travailler le mécanisme décisionnel (comment je construis mes décisions? qu'est-ce qui les influence? pertinence de ma prise d'information (quoi regardez, quand)? C'est une phase intéressante pour identifier sa performance dans telle ou telle phase de vol?

 

- une mise en situation de course dès que j'ai la possibilité d'avoir une confrontation directe avec d'autres pilotes pour s'évaluer techniquement et se tester dans des scénario différents (lièvre, "mouton", chasseur). Ou création de phase de vol de course artificielle pour se mettre en surrégime , en état de stress ou à la limite de mon savoir-faire.

 

Quelques mots clés pour ma part: volume, spécifique, initiative/créativité, opposition.

 

 

Cliche-2013-03-22-09-31-56.jpg

 

B/ Comment je procède pour préparer une échéance de compétiiton: il faut se préparer à l'environnement de vol et au contexte de la compétition.

- quel est le terrain de jeu de l'épreuve? montagne, crête, plaine...

- qualités techniques spécifiques? thermique, cheminement, Vmax...

- mode de décision dominant? lecture terrain, lecture sol/nuage, tactique de course... Indices pertinents.

 

Plus je me rapproche de l'épreuve pendant la période de 3 semaines avant l'épreuve, plus j'oriente mon entraînement vers le travail spécifique de compétition à la fois au niveau du terrain, des rythmes de vol, de la définition de parcours précis (start, balise...), de la reconnaissance des traces disponibles, de la préparation de la confrontation au niveau mental (motivation, confiance, récupération, outils de régulation du niveau d'activation...) sans oublier toute la partie physiologique super importante sans quoi le reste ne suit pas (pour ma part, c'est manger avant d'aller voler pas juste grignoter, s'hydrater régulièrement en vol et dans la journée etc...).

 

Cela débouche sur des séances de 2-3 heures max en vol complétées par un peu de sport à côté. L'idée c'est de se préparer à être efficace rapidement en vol tout en accumulant l'envie de voler (motivation, confiance) et en construisant un capital de fraîcheur mental (capacité d'attention, lucidité, fluidité des décisions...)

 

Ce type de séance peut-être découpé en 2-3 phases de 20' pendant lesquelles je me mets à intensité max (mode rapace!) en terme de concentration, d'attention, de prise d'information, de prise de décisions pas seulement au niveau de l'efficacité en pilotage.

 

C/ J'apprends beaucoup de choses en volant seul, mais un des moyens de s'entraîner à la tâche de compétition, c'est de s'entraîner à être performant en compétition! Pour un pilote de haut-niveau, les compétitions nationales, FAI 2, hors Coupe du Monde sont donc des supports potentiels pour progresser avec une pression moindre (par pression j'entends l'écart entre le temps nécessaire pour prendre une décision et le temps dont on dispose)."

 

Cette façon de procéder est très personnelle, à vous de jouer maintenant en progressant à votre rythme!

 

FILE0017.JPG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :